Mobilisations sociales et effervescences révolutionnaires dans le Cône Sud (1964-1976) par Stéphane Boisard

Mobilisations sociales et effervescences révolutionnaires dans le Cône Sud (1964-1976)

Titre de livre: Mobilisations sociales et effervescences révolutionnaires dans le Cône Sud (1964-1976)

Éditeur: Presses Universitaires de France

Auteur: Stéphane Boisard


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Stéphane Boisard avec Mobilisations sociales et effervescences révolutionnaires dans le Cône Sud (1964-1976)

À partir des années 1950, des mobilisations sociales montent en puissance, de plus en plus larges et radicales, que ce soit en Argentine, au Chili ou en Uruguay. Elles exercent une très forte pression sur un ordre politiquement autoritaire et socialement conservateur, donnant lieu au cours des années 1960 à une très intense politisation générale. Les protestations et les revendications émanent de différents secteurs de la société : le milieu étudiant et artistique, le monde agraire, les organisations syndicales et politiques.
On assiste à l’émergence de partis politiques ouvertement révolutionnaires et d’organisations qui prônent un changement radical du système par le recours à la lutte armée. Cette radicalisation touche tous les secteurs politiques d’orientation révolutionnaire, qu’ils soient marxistes, anarchistes, péronistes ou chrétiens jusqu’au milieu des années 1970.

Livres connexes

À partir des années 1950, des mobilisations sociales montent en puissance, de plus en plus larges et radicales, que ce soit en Argentine, au Chili ou en Uruguay. Elles exercent une très forte pression sur un ordre politiquement autoritaire et socialement conservateur, donnant lieu au cours des années 1960 à une très intense politisation générale. Les protestations et les revendications émanent de différents secteurs de la société : le milieu étudiant et artistique, le monde agraire, les organisations syndicales et politiques.
On assiste à l’émergence de partis politiques ouvertement révolutionnaires et d’organisations qui prônent un changement radical du système par le recours à la lutte armée. Cette radicalisation touche tous les secteurs politiques d’orientation révolutionnaire, qu’ils soient marxistes, anarchistes, péronistes ou chrétiens jusqu’au milieu des années 1970.

À partir des années 1950, des mobilisations sociales montent en puissance, de plus en plus larges et radicales, que ce soit en Argentine, au Chili ou en Uruguay. Elles exercent une très forte pression sur un ordre politiquement autoritaire et socialement conservateur, donnant lieu au cours des années 1960 à une très intense politisation générale. Les protestations et les revendications émanent de différents secteurs de la société : le milieu étudiant et artistique, le monde agraire, les organisations syndicales et politiques.
On assiste à l’émergence de partis politiques ouvertement révolutionnaires et d’organisations qui prônent un changement radical du système par le recours à la lutte armée. Cette radicalisation touche tous les secteurs politiques d’orientation révolutionnaire, qu’ils soient marxistes, anarchistes, péronistes ou chrétiens jusqu’au milieu des années 1970.